«

»

Août 07

Rumes – Gaston, le dernier né des géants (Le Soir)

Samedi 11 juillet 2009 – Le Soir
par Sandra DURIEUX et Cedric KETELAIR


Rumes accueille enfin son premier géant. Et ce n’est même pas un Rumois pur jus qui en est à l’origine mais bien un Ecaussinnois qui a épousé une Rumoise. Quand il a débarqué au pays des machons (maçons en picard) il y a 12 ans, Xavier Ortiz a été interpellé par le fait que la commune de Rumes n’était pas très attachée à son folklore. « Certes, des fêtes de village existent mais les trois villages de l’entité n’ont pas de fête commune, précise l’intéressé. Pour créer une identité commune, il faut un symbole commun, et de là est née l’idée de créer un géant et plus particulièrement le machon représentant la commune ».

Ensuite, tout s’est enchaîné grâce à Facebook. « En peu de temps, j’ai reçu une centaine de messages de soutien. » Et en novembre, l’association du géant rumois a vu le jour. Depuis, une fois par mois, les membres du comité se réunissent pour établir un projet autour de Gaston le machon, dont la confection de la tête a été confiée à un artiste de Lamain alors que la structure métallique est l’oeuvre d’une entreprise locale. Gaston est un beau bébé de 65 kg et de 4m30 !

Sa première danse, il l’effectuera ce dimanche à l’occasion de son baptême qui aura lieu en présence de sa marraine, Mademoiselle Saint-Roch de Lessines, et de son parrain, le Vendéen de Tournai. « Ce sera aussi l’occasion de présenter le nouveau dessert imaginé par le comité, la brique rumoise. » Folklore, quand tu nous tiens…

Dans les prochaines semaines, le programme de Gaston sera chargé. Les festivités du 21 juillet, la fête du 24 août à Tournai, la fête de la pomme de terre en septembre avant son baptême du feu international en février 2010 : le carnaval de Paris ! Avec toutes ces activités autour de Gastion, Xavier Ortiz espère bien ancrer solidement ce nouveau folklore. « On se donne cinq ans pour réussir. »

L’ère des monstres d’osier

Depuis 2005, la Ducasse d’Ath a reçu l’honneur suprême d’être reconnu comme chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’Unesco. Une belle récompense pour les Athois qui vouent un véritable culte à leurs géants d’osier. Pas étonnant que ce soit dans cette ville qu’une Maison des Géants a ouvert ses portes en 2000. Laurent Dubuisson, le conservateur, nous livre quelques clés de compréhension de cette tradition populaire.

Quand sont apparus les premiers géants dans nos régions ?

À la fin du Moyen-Âge et plus précisément au XVe siècle. Ce qui est intéressant est qu’ils sont apparus simultanément dans nos régions et en Espagne. Dès l’origine donc, ces géants ont un caractère européen comme nous nous efforçons de le démontrer ici, à la Maison des Géants.

Quelle est leur symbolique dans la tradition populaire ?

Ils apparaissent dans les processions religieuses où l’on met en scène des histoires pour éduquer la population qui ne sait ni lire ni écrire. Alors les géants d’osier représentent des personnages de la Bible. Mais très vite, les gens se sont approprié ces personnages comme Goliath qui est véritablement devenu l’emblème de la ville d’Ath. La population lui a inventé une nouvelle histoire en lui donnant une femme notamment. Le tout, toujours dans une logique festive.Pourquoi certaines villes sont-elles plus attachées à leurs géants que d’autres ?

Cela se passe souvent dans les villes où les traditions sont les plus anciennes et ont été transmises de génération en génération. Les géants plus récents sont souvent représentatifs d’un quartier ou d’un village.

Y a-t-il un nouvel engouement pour ces géants ?

Il y a eu une période très favorable après la seconde guerre mondiale. Puis, dans les années 50-60, celles de la modernité, les géants étaient considérés comme ringards. Mais depuis les années 80, on note un engouement grandissant pour les géants. Nous pensons que c’est une réaction à la mondialisation croissante et au besoin des gens de retrouver des éléments identitaires dénotant d’une tradition commune.

A voir : à partir du 21 août, l’exposition « Des géants et des hommes » à la Maison des Géants, rue de Pintamont nº18 à Ath.

Les géants du H.O

Présents aux quatre coins de la région Antoing. Mlle Chat,Arsène le roctier, le Fêtard Pirate. Ath. Goliath, Mme Goliath, Samson, Ambiorix, l’Aigle à deux têtes, Mademoiselle Victoire et le Cheval Bayard (Ducasse). Coupi (Faubourg de Bruxelles). Basècles. Basoulou, Basouline, Basoul, Georgette, l’Autruche. Beloeil. Cagène, Florentine, El’ Biète du grand’rue. Bois-de-Lessines. L’archer. Bonsecours. Atlas, El Fraudeu, Baudet de Nazareth. Comines. Jean Prout et Sophie Patard , Aristide et Eugénie, Rubanier. Comines (Ten Brielen). Baptiste. Ellezelles. Quintine, Jean-jean du Ballon et Jeannette. Flobecq. Saint-Christophe, Toûne – Sylvie – Georges Delizée – le Cochon – Jacobus et Jeanne Lisette. Graty. Dragonito et Petit Loup. Herseaux. Toubac. Isières. Eul Grand Mitan, Eul Marqueu d’Caches et le Délégué. Ladeuze. El Gauché. Lessines. Adrien, El Cayoteu , Melle Saint-Roch, Mme Du Cordant, Mr Du Cordant, Roc du Cayau, Magritte, le Thérapeute, le Petit Jules , le Petit Porteur. Papignies. l’Avocat. Petit-Enghien. César et Rosalie, Edgar. Ploegsteert. Mélanie de la Muncque, Jean Baptiste de la Rabecque. Tournai. Léthalde et Engelbert, le Châle vert, Louis Storme, Jean Noté, Louis XIV , Childéric et reine Tournai , Grand’mère Cucu, Tréhou, le Petit Chasseur , Louis XVIII, Christine de Lalaing, Saragosse. Wadelincourt. Jules et Bertine, les jumeaux P’tit Louis et Louise. Wannebecq. Mina, le baudet de Wannebecq. Warneton. Jehan le Mountche