«

»

Août 25

Lessines – Des petits bouts à pas de géant (L'Avenir.net)

Publié le 12 août 2009 à 10:00
Par Fanny Geeraerts


Enfants ou petits-enfants de porteur : la majorité des participants au concours de minigéants organisé par le Cayoteu ont du sang de géant dans les veines. Le rendez-vous était familial, ce lundi à la chaussée Gabrielle Richet. Pendant que les bons-papas et autres mamys gâteaux s’affairent autour des créations de tissu, treillis ou papier mâché, les parents viennent en aide pour remplir les formulaires d’inscriptions. Les bouts de choux de 3 à 12 ans n’ont plus qu’à se faufiler sous les jupes de leur mini-géant pour parader au son de la fanfare. Au son de la chanson du Cayoteu, les 12 mini-géants en lice et leurs confrères membres à part entière du cortège « El Cayoteu 1900 » s’acheminent vers la kermesse. Mais non munis de bottes de sept lieux, les petits pieds éprouvent quelques difficultés à marcher, voire danser, à pas de géant. Un câble au milieu du chemin, un trou sur la route : les occasions de trébucher alors que la vue est partiellement bouchée sont légions sur ce parcours du combattant. Heureusement, la solidarité est une valeur de mise chez les porteurs de tous âges et les enfants se guident mutuellement, incarnant à tour de rôle les pieds de leur personnage. Tous arrivent à bon port, face au théâtre de Verdure, où un jury les attend.

Originalité et artisanat primés

Les créations originales sont cotées selon différents critères tels que l’équilibre des dimensions, le type de portage (à pied ou à roulettes), la réalisation artisanale et surtout l’originalité. Ce dernier a particulièrement pesé dans la balance pour décerner du 1er prix à la minitête de Rikiki réalisée par Stany Degeyter pour son garçon de 4 ans, mesurant 1 m 07. Le « P’tit Bouchie », Responsable du groupe des Rikikis et fils de l’ancien président du Cayoteu, souhaitait marquer le 150e anniversaire des grosses têtes lessinoises par cette réalisation haute d’1 m 50. « Ça fait un mois que j’y travaille et le petit s’est entraîné tous les jours depuis qu’elle est prête. Elle est faite d’un buste en osier, d’une armature en fer, de treillis à poules et de papier mâché : le même système que pour les vraies têtes. » La médaille d’argent revient à « Mamie Rose », cafetière de son état, et celle de bronze à « Georges », muni d’une fourche. Les deux premiers prix pourront participer parmi leurs pairs géants ce dimanche au grand cortège « El Cayoteu 1900 ». La relève semble assurée.