«

»

Fév 07

Mouscron – Fête des Hurlus : un géant nommé Jul'du Tchun (La Voix du Nord)

Publié le vendredi 02.10.2009, 05:02
Guy Berra (C.L.P.) – Photo La Voix du Nord


C’est une cérémonie peu habituelle qui se déroulera ce samedi 3 octobre, entre 16h 30 et 17h, dans le quartier de la Rénovation urbaine, en pleine effervescence de la célèbre fête des Hurlus…

Elle attire chaque année à Mouscron des milliers de personnes parmi lesquelles une majorité de Français venus parfois de très loin. Un baptême très spécial aura lieu : celui du géant hurlu ayant pour nom Jul’du Tchun (en français : «Jules du coin»). Il aura pour parrain notre géant tourquennois, le Seigneur d’Havré et d’outre Marlière et pour marraine, la géante Maria de Dottignies.

De l’aluminium pour l’ossature du géant

Les deux concepteurs du géant sont Vinciane Stragier et Sébastien Halliez, membres du personnel communal à qui l’on doit notamment les décors du Théâtre wallon mouscronnois. Pour la première fois en région franco-belge et bien au-delà, l’ossature du géant hurlu a été réalisée en aluminium et non en osier», soulignent-ils. «Un travail difficile, précise Sébastien, mais qui a le grand avantage d’être beaucoup plus léger et donc plus facile à transporter par rapport aux géants traditionnels. Sans oublier, renchérit notre interlocuteur,qu’il ne nécessite, sous sa cape, qu’un seul porteur et qu’il se déplace sur roulettes

Vinciane, pour sa part, a réalisé de fort belle manière la tête de ce géant. L’adjoint à la culture, Michel Franceus, avait souhaité voir naître un géant hurlu. Avant d’entamer ce travail, Sébastien et moi nous sommes rendus à Wazemmes pour y rencontrer ce véritable artiste qu’est Dorian Demarcq. Un spécialiste des géants, puisqu’il joue à la fois au concepteur, au réalisateur et au rénovateur de ces grandspersonnages, tant en France qu’en Belgique. Nous sommes également allés visiter la Maison des géants, à Ath. Ainsi, début juin, nous pouvions commencer à faire naître ce Jul’du Tchun, en souvenir de ce chroniqueur patoisant aujourd’hui disparu. Il fallait aussi trouver une couturière capable d’habiller le géant. «On l’a trouvée au Centre public d’aide sociale, précise Sébastien. Il s’agit de Chantal Bonnart qui, comme nous, travaille en collaboration avec la municipalité. Un travail délicat qui se devait de respecter l’uniforme hurlu portant jupe et T-shirt orange, cape et chapeau verts, sans oublier une ceinture caractéristique que j’ai réalisée avec du styrodur, une matière plus solide que l’isomo et qui peut résister aux intempéries. Quant à la tête, ajoute Vinciane Stragier, ce fut un difficile travail de sculpture en isomo, d’une hauteur de 80 cm, cou compris, pour un géant d’une hauteur totale d’un peu plus de 4 m. » Selon Sébastien Halliez, qui est par ailleurs président animateur du club franco-belge d’aéromodélisme, la réalisation de ce géant est aussi l’oeuvre de toute une équipe. Un véritable défi. Longue vie à «Jul’du Tchun