«

»

Fév 18

Tournai – Les Quatre Cortèges partiront de Saint-Piat (Dernière Heure)

Publié le 09/02/2010
Par Sybille Dekeyzer


Pour rendre hommage à Gramère Cucu, tous les géants déambuleront dans les rues du quartier

FOLKLORE Ce n’était plus arrivé depuis plus de vingt ans. c’est le quartier Saint-Piat qui sera cette année le point de départ des Quatre Cortèges.

Les Amis de Tournai ont en effet tenu à rendre hommage à l’emblématique Gramère Cucu qui, si elle avait été immortelle, aurait soufflé ses 150 bougies le 25 janvier dernier.

Nous avions envie de faire évoluer les Quatre Cortèges sans pour autant bousculer les habitudes des Tournaisiens ”, confie Thierry Baisieux, le coordinateur de cet événement folklorique. “Le 150e anniversaire de la naissance de Gramère Cucu nous offrait une belle opportunité de décentrer quelque peu le cortège pour que les géants puissent traverser, comme dans le temps, le quartier Saint-Piat .”

Un beau cadeau pour Martine Maenhout, la fille du concepteur du géant, qui a réussi à convaincre les Amis de Tournai d’amener le folklore devant les portes des habitants du quartier Saint-Piat.

Cela fait bien trente ans que ce n’était plus arrivé et je peux vous dire que nous allons tout mettre en œuvre pour accueillir le mieux possible le cortège des géants ”, affirme en souriant celle qui est à son tour devenue une figure incontournable du quartier.

Et qui compte bien profiter pleinement de l’événement puisque Gramère Cucu, c’est un peu sa grand-mère à elle.

Je me souviens avoir observé mon père la créer de toutes pièces, dans le grenier de notre petite maison située au 17 de la rue des Jésuites ”, raconte la fille d’Henri Maenhout. “Mon père vouait une admiration sans bornes à cette attachante vendeuse de fruits et légumes qui distribuait des friandises aux enfants, et il nous avait toujours dit qu’il réaliserait un jour un géant. Il a tenu parole et, en 1980, Gramère Cucu a effectué sa première sortie officielle à l’occasion des Quatre Cortèges .”

Martine Maenhout se souvient aussi avoir entendu son père râler au moment où il avait été contraint de couper le corps de la géante en deux parce qu’il était trop large pour descendre par la cage d’escalier… Le visage de la vieille dame avait quant à lui été modelé par l’artiste tournaisienne Stella Laurent, à l’académie des Beaux-Arts.