«

»

Mar 11

Bailleul – Philomène, un poupon géant (L'Indicateur)

Publié le mercredi 10.02.2010, 14:00
A. Rohrbach-Minette


Le baptême de Philomène affichait un avant-goût de carnaval. De nombreux groupes bailleulois étaient représentés samedi après-midi pour découvrir le visage du dernier né des géants bailleulois.

Même le créateur de Philomène a eu la surprise samedi après-midi lorsque Philomène a quitté les jupes de sa mère, Rosalie, pour se présenter au public.

« L’émotion est présente », reconnaît Gérard Tricart. Dans son atelier de Strazeele, il a conçu un bras, une jambe, la tête de la nouvelle géante mais jamais il n’avait encore vu Philomène à l’œuvre. La fille de Rosalie annonce une nouvelle ère, celle des géants animés. Après quelques semaines d’entraînement, elle peut se déhancher sur des airs de zouk, entraînant les carnavaleux sur son passage.

Philomène mesure 2 mètres 20 de haut et « pèse 100 kg d’après les quatre porteurs et chausse du 69 », s’amuse le président des C’Qui, Maurice Viste. En fait l’ensemble pèse environ 7 kg. Il faut plus d’une demi-heure pour l’habillage. D’avis de porteur, quelque soit le temps lors des prochains jours de carnaval, Philomène tiendra chaud.

« Un père trop connu pour être cité »

Sa naissance le 25 décembre de père inconnu laisse planer le doute. Quand l’abbé Janin la baptise, il demande à la salle : « Une naissance le 25 décembre, de père inconnu… cela ne vous dit rien ? ». « Non », répondent les carnavaleux. La réplique amusée de l’abbé Janin fuse : « Espèces de païens ». Du côté de l’association, cette naissance énigmatique annonce quelques surprises. Maurice Viste fait déjà savoir que ce « papa trop connu pour être cité » pourrait être du carnaval de Bailleul l’an prochain. 2010 n’est pas encore passé que 2011 se pr ofile. Carnaval se vit toute l’année.

Philomène sera la plus jeune des géants du cortège dimanche. « Les Bailleulois nous réclamaient un bébé depuis longtemps », explique Maurice Viste. C’est chose faite treize ans après l’apparition de Rosalie, une plantureuse antillaise, également réalisée par le sculpteur Gérard Tricart, qui était membre de l’association à l’époque.

Les soixante-dix carnavaleux du groupe C’Qui, âgés de 2 ans et demi à 70 ans, n’ont pas ménagé leur peine pour accoucher de Philomène. Ils ont financé les 1  500 euros nécessaires à sa fabrication, en plus de leur budget habituel de 2 500 euros pour faire carnaval, en multipliant les sorties dans le département.

Quatre porteurs feront vivre Philomène chaque jour de carnaval. Difficile d’incarner un géant animé ? « Faire le con, c’est facile à faire », répond Maurice Vitse. Les porteurs donneront leur sentiment dans quelques jours. Une chose est sûre, Philomène et sa bouille de poupon aux joues rebondies ne laissera pas indifférent. Samedi, une fois le baptême terminé, elle a rejoint les nombreux carnavaleux présents à la salle Yourcenar. Entre quelques pas de danse et de nombreuses photos souvenirs, Philomène n’a pas eu une minute à elle. Elle a conquis son premier public !