«

»

Avr 17

Merville – Le Caou et ses amis souffleront leurs dix bougies ce week-end à Merville (La Voix du Nord)

Publié le samedi 17.04.2010, 05:05 Par Christian Taffin – Photo La Voix du Nord


On croirait l’avoir toujours connu et pourtant, il n’a que 10 ans. Le géant mervillois le Caou fête ce week-end son anniversaire en grande pompe. Christian Hamelin, président des Amis du Caou, ne donne pas sa langue au chat pour en parler… Un Caou dans les festivités de Pâques à Merville, ça date de bien plus de dix ans. Christian Hamelin rappelle qu’à partir de 1955, « un énorme chat blanc sur un char de fermier est sorti à chaque lundi de Pâques pendant une vingtaine d’années. Il était entouré de « chatons » habillés en blanc et portant une tête de chat. Le char a été laissé à l’abandon pendant un hiver. Comme il était fait de papier et de ouate, il était détruit pour le lundi de Pâques suivant. »

Mais au fait, d’où ça vient ce surnom de Caous pour les Mervillois? Incollable, Christian Hamelin évoque « un épisode des guerres de religion, la fameuse révolte des Gueux, au cours de laquelle un chat avait été enfermé dans l’église de Merville en 1566. Depuis, les Mervillois portent le sobriquet de Caous. » Le char du Caou a vécu encore un temps après la destruction du char de 1955 avec l’Association des parents d’élèves de l’enseignement libre. Mais ce Caou était coloré et dans un style ne correspondant pas à la tradition, explique Christian Hamelin. Bref, il n’était pas catholique aux yeux des Mervillois.

Il a fallu attendre 1998, sous l’impulsion du comité jeunesse et sports de la cité pour que soit repris le flambeau. René Dutriez a créé l’association Les Amis du Caou, qu’il a présidée. Ses membres, avec les conseils d’un fabriquant de géants aujourd’hui décédé, M. Zuytenove, ont réalisé le Caou actuel, qui a été baptisé en avril 2000 avec vingt-quatre géants sur la place de Merville.

Christian Hamelin a succédé au président fondateur en 2008 à la tête de l’association, qui compte aujourd’hui une quarantaine de membres et une dizaine de porteurs « tous bénévoles ».

Le Caou, en dix ans, a subi quelques modifications. Sa base en osier a été remplacée par de l’aluminium pour l’alléger d’une vingtaine de kilos. « Il pèse 125 kg pour une hauteur de cinq mètres : quand il fait du vent, il faut bien le tenir ! » Ce chat, qui n’est pas de gouttière mais d’apparat, est toujours remarqué dans les cortèges avec sa jupe jaune et ses habits de velours bleu (les couleurs de Merville, dont il arbore aussi les armoiries à fleur de Lys en collier). Il effectue une quinzaine de sorties chaque année en France, en Belgique et aux Pays-Bas.

Sa prochaine destination sera Saumur pour trois jours pendant le dernier week-end de juin, au festival des Masques et des Géants. Mais, ce week-end, il fera la fête chez lui. Il accueillera même une vingtaine de personnes de Vouziers, dans les Ardennes, où il était allé l’an dernier. En toute amitié, Chat ch’est sûr !