«

»

Juin 17

Estaires – Le lifting d'Aliboron sera terminé pour la Cavalcade (L'indicateur)

Publié le mercredi 31.03.2010 à 14:00
Photo L’Indicateur des Flandres

L’Union bienfaisante d’Estaires a confié son baudet à Gérard Tricart. Le créateur de géants s’est fait chirurgien esthétique pour l’occasion. Aliboron fait les beaux jours de la Cavalcade, organisée à la Pentecôte chaque année à Estaires. Depuis 1948 et sa renaissance – Aliboron I et Aliboron II ont respectivement été détruits lors des Première et Deuxième Guerres mondiales – l’âne qui est devenu la mascotte d’Estaires s’est accordé peu de repos.C’est désormais chose faite. Depuis un mois, Gérard Tricart prend grand soin d’Aliboron.

Un lifting qui se veut discret

Le créateur de géants de Strazeele, qui a réalisé Jehan d’Estaires en 2002, est chargé par l’Union Bienfaisante de rajeunir le baudet. Muni de ses bistouris, Gérard Tricart s’est fait chirurgien esthétique. Le lifting d’Aliboron doit produire son effet sans être tape à l’oeil. Les Estairois se diront bien que leur baudet est drôlement beau sans trop savoir ce qui a changé!
Et pourtant, Gérard Tricart n’a pas ménagé ses efforts. Il faudra au total deux mois de travail à temps plein pour qu’Aliboron soit parfait. La structure métallique élaborée par les créateurs de géants d’Hazebrouck, Maurice et Georgette Deschodt, en 1948 a été conservée. Elle a été recouverte d’une résine de fibre de verre pour la renforcer. C’est sur cette nouvelle base que Gérard Tricart colle le nouveau pelage d’Aliboron, du crin véritable. Les yeux, les oreilles et les dents d’Aliboron ont également été remodelés. Aux manches de manteau qui faisaient office d’yeux ont été substitués des yeux sculptés dans un bloc de polyuréthane. La tôle peinte qui assurait le sourire du baudet a été remplacée par des dents également sculptées. Et la même opération a été réalisée pour les oreilles et la queue.
Coût de l’opération : 7 600 euros. L’Union bienfaisante a réussi à financer ce lifting grâce à l’octroi de subventions municipale (2 300 euros), intercommunale (1 500 euros), du Pays Coeur de Flandre dans le cadre du FLIP, et du Conseil général. « Depuis que Jehan a été créé en 2002, Aliboron faisait triste, il fallait le restaurer », indique Jean-Luc Rondelez. Le président de l’Union bienfaisante est fier de pouvoir bientôt présenter Aliboron. Un baptême devrait d’ailleurs avoir lieu le vendredi précédent la Cavalcade. « Nous n’avons pas pris le risque de changer l’image d’Aliboron. La population y est trop attachée ! », poursuit Jean-Luc Rondelez.

Les étrangers douchés

Aliboron est une figure incontournable de la vie estairoise. Il sort trois fois par an dans sa ville et à l’occasion part se faire connaître dans d’autres villes de la région. Haut de 5 mètres 50 et juché sur une remorque, l’âne d’Estaires est imposant. Didier Chavatte, le chauffeur attitré d’Aliboron se souvient encore de l’expédition pour rejoindre Compiègne dans l’Oise. « Nous avons dû suivre l’itinéraire des convois exceptionnels », se souvient-il. Après près de cinq heures de route, Aliboron avait fait sensation lorsqu’il levait la queue. Bonbons et… jets d’eau arrosent le public. Lors de la Cavalcade d’Estaires, les deux personnes qui sont dans le ventre d’Aliboron jettent près de 120 kg de bonbons et 100 litres d’eau au long du parcours. « D’où le nom du dernier groupe du cortège, Les étrangers douchés », décode le maire d’Estaires, Bruno Ficheux.
Vous êtes donc prévenus !