«

»

Juin 27

Tournai – Des géants parrainés pour la pérennité (L'Avenir.net)

Publié le jeudi 27 mai 2010 à 10h00
Par Vincent Dubois



Si rien n’est fait, certains géants risquent de perdre la tête. Pour la sauver, les Amis de Tournai font appel à des « parrains ».

Parce qu’elle est souvent camouflée par de somptueuses parures, la réalité que vivent certains géants de Tournai passe pratiquement inaperçue aux yeux du grand public. Et pourtant, une fois qu’ils sont dépouillés de leur perruque, couronne, robe de velours ou tout autre apparat, elle apparaît. Parfois cruelle, comme pour les Croisés – Léthalde et Engelbert – dont on se demande encore comment ils parviennent à garder leur tête au sommet de leurs 3,5 m. Les Amis de Tournai sont conscients de l’état de décrépitude que subissent ces figures emblématiques de la Cité. Conscients mais incapables d’assumer des réparations qui ne feraient que grever davantage un budget par ailleurs déjà à peine suffisant pour assurer les traditionnels Quatre cortèges. Et, si les géants historiques et folkloriques – qui sont 13 si l’on excepte les géants de quartier – appartiennent à la commune, ce sont les Amis de Tournai qui en assument la paternité et, par voie de conséquence, l’entretien. D’où, l’idée, au départ une boutade mais aujourd’hui prise très au sérieux, de trouver des « sponsors » pour nos géants. Un dernier terme que les Amis de Tournai préfèrent remplacer par celui de « parrains ». Car l’idée consiste à dénicher de généreux mécènes susceptibles de prendre en charge – au niveau des réparations et de l’entretien – des géants avec lesquels ils éprouveraient quelques affinités. Le club Richelieu a d’ores et déjà été séduit par l’idée et a jeté son dévolu sur Childéric.

Il nous est revenu qu’André Dherte se serait lui aussi montré intéressé par cette initiative. On verrait bien le nom de son entreprise associé à celui de Louis XIV que d’aucuns appellent également « le roi bâtisseur ». Dans le même ordre d’idée, on pourrait imaginer le Logis tournaisien prendre sous sa protection « L’bourguémette du Maroc » (Louis Storme), un géant de quartier tombé dans le girond des Amis de Tournai car plus personne ne s’en occupait. Pour renvoyer l’ascenseur aux « parrains », les Amis de Tournai auraient l’intention de mettre leur logo en évidence lors du défilé de leur géant. Pas question toutefois de transformer les figures de proue des 4 Cortèges en « géants sandwiches ». Mais, par exemple, les faire précéder par un jeune page portant une affichette reprenant les noms des bienfaiteurs.