«

»

Juil 04

Seclin – Fête des harengs 2010 : la naissance d'une géante ! (La Voix du Nord]

Publié le lundi 28.06.2010 à 05:11
Par Jérémy Lemaire – Photo Pierre Le Masson (La Voix du Nord)


Oyez, oyez braves gens ! Venez écouter le récit de cette journée de fêtes, hier, dans les rues de Seclin… Pour cette troisième mouture de la Fête des harengs, des milliers de nobles damoiseaux et damoiselles ont, comme en l’an 2006 et l’an 2008, assisté au défilé costumé et aux animations médiévales. Sous un soleil de plomb !

L’histoire commence hier, vers 10 heures. Sur le parvis récemment rénové du bourg, quelques manants et bourgeois se pressent déjà, sous un soleil qui promet de donner de belles rougeurs aux joues. Les élus sont là, en costumes, et les officiels se succèdent à la tribune pour rappeler combien le moment est important. Mais l’héroïne du jour, c’est elle. Marguerite de Flandre, du haut de ses trois mètres cinquante. Et comme, pour toute naissance, il est d’usage de donner le poids : 60 kilos environ.

Le papa est ému. « Ma Marguerite est venue de mon enfance, et de cette fête populaire des harengs qui existait entre 1964 et 1973 », se souvient Raymond Ballieu, président de l’association Les Amis des géants. Une géante qui aura nécessité près de quatre mois de travail, pour un coût d’environ 17 000 E. Beaucoup d’investissement personnel aussi. « On a lancé un appel aux dons en 2008, souligne Raymond Ballieu. Mais c’est aussi beaucoup de demandes de subventions, beaucoup de kermesses, de braderies, pour collecter des fonds. » Et la géante est partie rejoindre Harengus Junior et d’autres géants dans le cortège. Car la Fête des harengs, c’est surtout ça. Depuis le début d’après-midi, certains avaient choisi leur emplacement pour assister au passage des 700 troubadours, chevaliers, paysans ou hommes d’église, copieusement arrosés de confettis. À l’ombre de préférence, car la rue Bouvry, était transformée en un chaudron bouillonnant. Beaucoup de tenanciers avaient flairé la bonne aubaine. À L’Imprévu par exemple. « Le dimanche, je suis fermé d’habitude, glisse Stéphane Gossart, le patron. Et ça a bien marché, avec plusieurs dizaines de personnes… » Avec vue sur le défilé depuis la terrasse.

Un défilé auquel participaient des troupes professionnelles, mais surtout des associations. Les chérubins du service jeunesse étaient venus en masse. Une centaine de jeunes et d’animateurs. Et ils avaient confectionné leurs costumes eux-mêmes. « Les mamans ont façonné les guerriers pour les garçons , explique Gilles Palla, le directeur du Carrefour de l’amitié. Les animateurs et les enfants ont fait les costumes d’elfes des filles.

» Et, contrairement à il y a deux ans, le drakkar fabriqué par les jeunes a tenu jusqu’à la fin du défilé !

Un défilé conclu évidemment par la traditionnelle distribution de harengs en pain d’épice…