«

»

Août 05

Rumes – Un grand premier cru, ce Gaston ! (L'Avenir.net)

Publié le mercredi 30 juin 2010 06h00
Par Raymond VANDENABEELE


Le géant rumois n’a pas raté sa sortie ce week-end, semant la joie et la détente dans les artères d’un village acquis à sa cause.

Ainsi donc, notre emblème local avait invité ses grands amis à l’occasion de la première fête des Machons, une fête qui se voulait avant tout conviviale, familiale, au scénario simple mais non dénué d’intérêt.

Les organisateurs ont réussi leur pari.

Il faut souligner que les préparatifs ont commencé avec l’année et que toute l’équipe était motivée pour intégrer le beau bébé dans l’identité du patelin. Réussite complète si l’on se réfère aux commentaires et en particulier à celui de ce Rumois : « Gaston, on a l’impression qu’il a toujours existé, qu’il fait partie de notre commune depuis toujours ». Grâce à cette initiative, le village a retrouvé cette vie qui l’animait auparavant, mais qu’on ne s’y trompe pas, ce n’est pas la population qui est allée à la fête, c’est la fête qui est descendue dans la rue, avec sa ribambelle d’acteurs de haut rang, ce qui constituait certes une première dans l’entité et qui en appellera bien d’autres.

Gaston et ses potes

Si on ne présente plus notre emblème local, il conviendrait toutefois de saluer ceux qui ont participé à cette ronde merveilleuse : Le Potier et Omer venaient de Renaix, Pimpon ert Junior arrivaient de Bois de Lessines, Le Cochon grouinait depuis Flobecq, les trois géants de Soignies encadraient César et Rosalie de Petit-Enghien sans oublier Eul Toine de Bouvignies ni Albert de Roclincourt qui précédaient le Roc du cayau de Lessines et la belle Jardinière. Les Majorettes du Fairy Wand de Leers-Nord, le Fantasia de Bouvignies, les fanfares de Lessines et de Rumes rythmaient l’avancée d’un long cortège aux flambeaux dans les artères rumoises pour se retrouver sur la place dans une formidable farandole d’un rondeau final prometteur.

Une population enthousiaste

Cette manifestation rappela à coup sûr les fêtes merveilleuses organisées au Patro dans le cadre du festival des exploits qui drainaient des milliers de personnes durant trois jours. Cette fois encore, le succès fut au rendez-vous et la présence d’un soleil très généreux renforça encore ce label de qualité auquel contribuèrent le patro, l’école libre, les jeunes de La Glanerie et les responsables d’El Fiète de l’ Penn’tière. Il faut dire que leur char décoré était criant de réalisme : on y trouvait un carré de plants de tubercules et tout le matériel de cuisson. Sur le même plateau, on passait ainsi de la culture à la friture dont les cornets allaient régaler les spectateurs massés sur le parcours.

Bravo aux organisateurs pour ce coup d’essai que nous qualifierons de coup de maître. Quand le bâtiment va !