«

»

Sep 22

Roeux – Un nouveau géant dans l'Arrageois : Ch'Percoteux prêt à être baptisé à Roeux (La Voix du Nord)

Publié le lundi 20.09.2010 à 05:02
Par Emmanuel Crépelle – Photo La Voix du Nord


Moment d’émotion, d’excitation même à l’ouverture de la porte du camion. Derrière les éléments de la structure apparaît enfin la tête du géant qu’il restera ensuite à assembler. Ch’Percoteux est pour la première fois à Roeux.

Marie-Thérèse Briois en avait rêvé et en avait lancé l’idée son successeur à la tête du comité des fêtes, Jean-Jacques Calis, l’a fait. La commune a désormais son géant. Et pas n’importe lequel : Ch’Percoteux (en patois le pêcheur de perche). Un solide gaillard de 5,40 m de haut, qui a déjà son histoire.

Tout a commencé en 2008, quand à l’occasion du Son et lumière la Roeuxvolution, Marie-Thérèse Briois s’en va chercher des costumes chez un certain M. Tessé.

Au milieu de ses trésors, la présidente du comité des fêtes d’alors découvre l’ossature en osier d’un géant. Pour elle qui avait toujours voulu offrir à sa commune son propre géant, l’occasion est trop belle. Quelques mois plus tard, elle revient avec son futur bébé.

Mais le chantier ne s’annonçait pas si facile que cela. Même si la mairie avait trouvé un partenaire de choix, avec les ESAT (ex-CAT) de Brebières et d’Arras. Car on ne le sait pas, mais ces établissements rattachés à La Vie active ont une certaine expérience en matière de géant. Ils ont créé ceux de Brebières et de Saint-Laurent-Blangy. Problème qui se pose ici, l’ossature en osier a mal vieilli. On risque la casse. Renforcer le tout serait trop compliqué et par forcément très efficace reste l’option de tout refaire de A à Z. Cette dernière solution est validée par le groupe de travail. Et c’est ainsi que les ouvriers des ESAT se sont mis à la tâche. Et ont sorti une incroyable structure métallique, légère et résistante à la fois. Le travail était pourtant loin d’être achevé. Au géant, il fallait encore donner une tête, des mains. ce fut la mission d’un plasticien de talent, qui est aussi moniteur à La Vie active, Éric Dilly. Au géant, il fallait aussi des habits. Une autre monitrice, Aurélie Pirès a pris la mission à bras le corps.

Et c’est ainsi qu’entre septembre 2009 et septembre 2010, des petites mains se sont affairées pour déboucher sur la livraison du géant à la commune.

Pour l’anecdote, le visage est inspiré d’une photo prise en 1914, représentant un pêcheur avec pipe, grosses moustaches et béret sur la tête.

À l’occasion de la remise officielle du représentant de la commune, le maire, Arnold Normand, a rendu hommage évidemment à Marie-Thérèse Briois et Jean-Jacques Calis, mais aussi à tout le personnel de La Vie active qui a travaillé avec goût et talent sur le projet. Pour Philippe Helin, directeur de l’ESAT de l’Arrageois, le grand public a ici un aperçu de tous les corps de métiers qui composent ses établissements : la ferronnerie, la menuiserie, la peinture, la couture… « Ce projet était intéressant parce qu’un géant est quelque chose qui dure dans le temps. Pour les personnes qui ont travaillé, c’est important de se dire qu’elles pourront un jour ou l’autre le croiser et dire à tout le monde qu’elles ont participé à sa naissance. C’est un vrai travail artisanal qui a été accompli. Si d’autres communes veulent nous confier la réalisation de leur géant, nous sommes en capacité d’en faire un par an. » À qui le tour ? •

Baptême du géant le dimanche 26 septembre, à 11 h, au marais, en présence du couple de géants brebièrois (ses parrain et marraine) Siquidgar et Radbodirote. En partenariat avec l’association les Percots de la Scarpe.