«

»

Sep 23

Bourghelles – Gilbert de Bourghelles, un géant baptisé en grande pompe hier (La Voix du Nord)

Publié le lundi 20/09/2010 à 05:14
Par Carine Bausière – Photo La Voix du Nord


Hier après-midi, Gilbert, le premier géant de Bourghelles, a été baptisé en grande pompe. Pouvait-il en être autrement avec autant d’invités de taille  : une dizaine de géants des communes voisines et de Belgique sont venus se pencher sur son berceau, entourés d’une foule conséquente !

Voilà ce qu’on appelle un beau bébé. Quatre mètres cinquante de haut, un poids qui se compte en dizaine de kilos, le tout posé sur des roulettes pour pouvoir le pousser, à défaut de le porter dans les rues du village bien trop pentues.

Entouré de son parrain, Jehan d’Estaires, et de sa marraine, la belle Hélène de Steenvoorde, Gilbert de Bourghelles est arrivé tranquillement par la petite allée derrière la mairie. Soigneusement protégé des regards indiscrets jusque-là, il a, hier, présenté son visage aux habitants du village venus en masse lui souhaiter la bienvenue.

Parmi eux, Philippe Allaert, conseiller municipal, fer de lance de l’équipe qui a travaillé pendant près de deux ans sur ce projet. Heureux, ému aussi. « J’ai des frissons de joie, sourit-il. Aujourd’hui, le résultat de deux ans de travail est enfin montré à tout le monde ! » Après de longs mois de réflexion, de construction et de patience, aiguille à la main, pour confectionner sa belle tunique, le public a donc découvert ce chevalier qui a vécu dans la commune du XIIe au XIIIe siècle. Une personnalité importante, qui parapha notamment le traité de Chinon en 1214, symbole de la capitulation de la Flandre face au roi de France après la bataille de Bouvines. « Des rencontres, des échanges et un panier en osier trouvé dans un grenier ont fait que les choses ont commencé à prendre forme, résume le maire, Alain Duthoit. Puis un plasticien s’est chargé de réaliser la tête du géant. Vous l’avez voulu fier et souriant. Il a fière allure, mais question sourire, disons qu’il l’a plutôt dans le coeur ! » Le grand Gilbert a davantage l’air timide que franchement gai, mais après tout, entre chevaliers de rang, on n’avait pas non plus l’habitude de se taper sur le ventre à l’époque, alors… Ceux qui avaient le sourire franc, hier, se trouvaient à ses pieds, au milieu de la foule : Catherine Defives et Jean Delbassée, les doyens du village, promus marraine et parrain humains de Gilbert, avec Raymond Jacquemin (excusé car souffrant). À 94 ans, Catherine a savouré l’événement à sa juste valeur. « Je suis très fière, car mon nom restera dans le village, avoue-t-elle, touchée. Même à mon âge, on ne m’a pas oubliée. » À ses côtés, Jean, 87 ans, apprécie tout autant cette distinction qui l’honore. « Ma famille a toujours habité Bourghelles, c’est l’une des plus anciennes, indique-t-il. J’ai retrouvé des traces qui remontent à 400 ans. Je suis très flatté que notre nom soit associé au géant.