«

»

Nov 26

Herve – Le géant Fernand s'en est allé… (L'Avenir.net)

Publié le vendredi 23 juillet 2010 à 10h00
Par Yves Hurard


Fernand Lavergne est décédé, quittant le pays du fromage de Herve qu’il affectionnait tant. Coup d’oeil sur un personnage truculent.

Pittoresque, haut en couleurs et connu de tous à Herve pour ses frasques mémorables et son caractère bien trempé, Fernand Lavergne vient de quitter ce monde. À 67 ans, il laisse au géant Fernand, son incarnation en osier, le soin de perpétuer son souvenir.

Fernand Lavergne, à Herve, on l’appelle « le gros », mais son surnom dans le public est plutôt « Tcherdin » ou chardonneret en wallon. Très fier de maintenir vi vace cette tradition locale du surnom en wallon, Fernand est d’abord et surtout un pilier de la cavalcade et de la promotion des fromages du terroir.

Son opiniâtreté n’a d’égale que sa force de persuasion et sa capacité à rebondir pour toujours arriver à ses fins. Au grand dam de ses détracteurs (agricoles, il aurait apprécié le mot), Fernand Lavergne sait imposer ses vues parmi son entourage. Et si tout le monde ne partage pas toujours forcément son avis, chacun s’emploie à reconnaître qu’il a toujours oeuvré dans l’intérêt de la cavalcade. Avec cinquante ans de présence au sein de Herve-Attractions, puis au Syndicat d’Initiative, il connaît son sujet et la cavalcade est pour lui le plus beau jour de l’année. « La cavalcade est très importante pour moi, je n’avais pas 18 ans quand je suis entré au comité. Le Lundi de Pâques, je le passe entièrement à l’extérieur, entouré des sociétés », nous confiait-il voici quelque temps à la veille de la grande parade.

Et si les caprices d’une santé défaillante contrarient parfois son impétuosité, ils n’entament en rien son dévouement à la cause de ce grand événement.

« Même malade, il se rendait en tournée pour vendre des cartes de soutien et récolter des fonds au profit de la cavalcade. Voici 15 jours, j’étais encore allé chez lui pour apprendre qu’il était inscrit pour le prix du Mérite Agricole », se souvient Serge Iserentant, responsable des Grosses Têtes chez les « Hêvurlins ».

Mais cette fois, Fernand est rattrapé par le mal sournois qui le ronge. Et tous ses neveux, comme tous ses amis, pleurent la disparition de cette figure emblématique du plateau de Herve.