«

»

Avr 13

Saint-Sylvestre-Cappel – Caroline Toucry, bailleuloise touche-à-tout, prépare une compagne pour le géant de Saint-Sylvestre (La Voix du Nord)

Publié le mercredi 02.03.2011 à  05:11
Photo La Voix du Nord


Caroline Toucry, à droite, fabrique la future géante de Saint-Sylvestre-Cappel.

Pour ses dix ans, Sylvestre le Ménestrel, géant de Saint-Sylvestre-Cappel, va avoir droit à un beau cadeau : une compagne de route, géante de près de trois mètres, musicienne comme lui. Pour le reste… chut ! Il ne faut pas tout dévoiler à Sylvestre… Aujourd’hui, la géante prend en tout cas forme dans l’atelier de Caroline Toucry, une Bailleuloise passionnée de créations. C’est elle que l’association a choisie pour réaliser son nouvel emblème. « On a rencontré Caroline car elle avait participé bénévolement à la construction du géant de Caestre, Calystégia », explique Olivier Cornet, président de l’association Reuze Jan Hout de Saint-Sylvestre.

L’association, qui existe sous cette forme depuis deux ans, voulait offrir à la commune une géante plus légère – pour pouvoir être portée plus facilement que les 110 kg de Sylvestre – tout en restant dans le même esprit.

Après des études aux Beaux-Arts. Caroline Toucry s’est lancée comme auto-entrepreneuse il y a deux ans. Autodidacte, un peu touche-à-tout, ses matières de prédilection sont le papier et le carton, des « matières naturelles ».

Chez elle, un lit, une table basse, un fauteuil sont en carton. Elle intervient également dans des écoles de Bailleul pour apprendre aux enfants à concevoir eux-mêmes leurs meubles. « L’avantage : ce n’est que du matériel qu’on récupère, puis ce sont des structures qu’on emboîte. » Pour les géants, elle aime travailler de la même façon. Celle de Saint-Sylvestre sera sa seconde réalisation. « C’est dans le domaine de la création mais en plus, c’est un peu donner vie à quelqu’un qui va être accompagnée, qui va sortir pour des fêtes. »

Une consultation pour le prénom

La plus grande difficulté selon elle : « Il faut bien réfléchir aux proportions, être sûr qu’un membre ne va pas être démesuré. On travaille sur du trois mètres alors qu’on fait 1,60 m ! » Cette fois, elle va délaisser un peu le papier pour l’osier. Elle a appris à tresser et a déjà réalisé le socle et les bras.

La géante aura ensuite un instrument de musique, un visage et des mains en bois sculpté. C’est la spécificité de Sylvestre et l’association a voulu la garder. Les costumes et la coiffe, de style médiéval, ont été confectionnés par des membres de l’association.

Dans quelques mois, la géante aura complètement pris forme. Il ne lui manquera plus… qu’un prénom. Pour cela, une consultation a été organisée dans la commune. « Ils l’attendent tous ! pointe Olivier Cornet. On voulait les faire participer à la naissance du géant.

» En échange d’au moins 1 E pour aider à financer la création, les habitants pouvaient voter parmi une liste de dix noms prédéfinis. « On voulait qu’il y ait une consonance moyenâgeuse pour aller avec Sylvestre », explique Olivier Cornet. Pour l’heure, deux prénoms se détachent nettement. L’association va refaire du porte-à-porte dans les semaines qui viennent.

La géante sera baptisée le premier week-end de juillet. Son parrain sera Thomas le Mousquetaire, de Zuytpeene, et sa marraine, Miss Cantine, de Nieppe.