«

»

Juin 04

Mons (B) – Le doudou aura bientôt son musée (Le Soir)

Logo_LeSoir

Publié le 04/06/2014
Par Eric Deffet / Photo Le Soir

Le jardin du mayeur abritera dès 2015 un centre d’interprétation du folklore local. Une plongée interactive dans les traditions consacrées par l’Unesco.

Le chantier du futur centre d’interprétation a débuté. Si le planning est respecté, les lieux devraient être accessibles au public en 2015. ©AVPRESS.

Le chantier du futur centre d’interprétation a débuté. Si le planning est respecté, les lieux devraient être accessibles au public en 2015. ©AVPRESS.

On en parle depuis des années, mais cette fois le chantier est bel et bien devenu une réalité : dès 2015, Mons disposera enfin de son musée du Doudou. Le lancement des festivités 2014, ce mardi à l’hôtel de ville, a fourni l’occasion d’une visite impromptue de l’ancien Mont-de-Piété en travaux. Les lieux abriteront dès l’an prochain cette attraction majeure qui ne manquera pas d’attirer les enfants du pays mais surtout les visiteurs de passage soucieux de découvrir des traditions plusieurs fois centenaires.

Le Mont-de-Piété montois ferme le célèbre Jardin du Maïeur, côté rue du 11 Novembre (les plus observateurs de nos lecteurs auront noté qu’on se trouve ici juste en face du domicile d’Elio Di Rupo). Le bâtiment sur quatre niveaux a été construit en 1625 par l’architecte anversois Wenceslas Coebergher. Il est classé depuis 1942.

Après avoir longtemps abrité la « banque de charité », l’immeuble a été reconverti en musée dès 1932. Dans un curieux et poussiéreux mélange, on a longtemps pu y découvrir les céramiques conservées par la ville, des traces de l’occupation préhistorique de la région et surtout les collections militaires qui serviront de base au futur centre d’interprétation de l’histoire militaire de Mons, sur le site de l’ancienne Machine-à-Eau.

La notion de « centre d’interprétation », définitivement à la mode, est aussi de mise pour le musée du Doudou. La nouvelle attraction sera bien plus qu’une succession de salles et de vitrines où s’accumulent les documents de référence et les pièces de collection : le visiteur sera immergé dans la tradition et le folklore montois et la priorité sera donnée à l’interactivité grâce à des technologies muséales de pointe.

Tous les aspects du patrimoine folklorique montois seront évoqués au travers d’une visite qui débutera sous les combles grâce à un ascenseur qui mettra le public dans le bain du Doudou. Au départ de la tradition de Saint-Georges et du dragon, il sera évidemment question de Sainte-Waudru et de la procession, du Car d’Or, des chanoinesses ou du Lumeçon, le combat légendaire qui fait courir les foules chaque dimanche de la Trinité.

La ville de Mons dispose de collections intéressantes qui seront évidemment exploitées. Mais le futur musée permettra aussi de découvrir des documents inédits. En 2012, un appel a été lancé aux Montois afin qu’ils signalent les images du folklore local qui pourraient être montrées dans le cadre de ce projet : les visiteurs pourront donc voir des photos datant de la fin du XIXe siècle et des films de famille dont les plus anciens sont largement centenaires.

De quoi donner une dimension insolite au passage par le musée du Doudou, à deux pas de la Grand-Place où a lieu le Lumeçon. Insolite mais instructive aussi : au-delà de l’évocation des traditions locales, l’accent sera mis sur leur interprétation, notamment à l’attention des publics étrangers qui comprendront vite pourquoi l’Unesco a jugé bon de classer le Doudou au patrimoine de l’humanité.

En 2015, alors que Mons sera capitale européenne de la culture, on célébrera les dix ans de cette reconnaissance internationale. Pile poil pour l’inauguration de ce musée, si le planning des travaux est respecté.